Les astuces pour trouver un bon restaurant japonais

restaurant japonais

La première chose à laquelle nous pensons avant de manger des sushis repose sur la qualité du poisson et l’hygiène du restaurant. Très populaire en Occident, la cuisine japonaise a connu un grand succès en France. Cependant, certaines enseignes ne parviennent pas à proposer une cuisine aussi raffinée qui nous ferait voyager au pays du Soleil-Levant le temps d’un repas. Voici quelques astuces pour trouver le bon restaurant japonais !

 

Le choix du restaurant

Lorsqu’ils sont mal préparés, les sushis peuvent vite nous décevoir. Généralement un restaurant de sushis doit être petit, géré par des maîtres sushi proposant peu de plats à la carte, gage d’une cuisine de bonne qualité. Les prix élevés ne sont pas toujours des indicateurs d’excellente qualité. Certains restaurants peuvent proposer des menus à des prix élevés mais une cuisine de moindre qualité. Sushi Shop, Easy Sushi ou encore, Planet Sushi comptent parmi les célèbres franchises spécialisées dans le sushis. La qualité et la sélection des poissons sont donc indéniables. Les chaînes du froid et la conservation des produits font partie des éléments clés de ces franchises. Se renseigner sur la provenance des poissons est fortement recommandé à chaque passage dans un restaurant japonais puisque certains restaurants cuisinent avec des produits surgelés.

Les menus « bateaux de sushi »

Les menus de type bateaux de sushis sont à éviter et sont uniquement proposés en Occident. Les menus proposant des makis sucrés ou au noms plus exotiques sont de véritables sacrilèges de la cuisine nipponne ! Un amateur de sushi doit plutôt privilégier un bar à sushi où se mêlent qualité et propreté. Même si aujourd’hui, la recommandation de bouche-à-oreille fait la réputation des restaurants, certains restaurants sont limités et nécessitent une réservation quelques semaines à l’avance !

De la théorie à la pratique : comment manger des sushis ?

De nombreux crimes culinaires sont pratiqués dans certaines cuisines ! Il existe la catégorie de ceux qui mangent une pizza avec des couverts ou qui roulent des spaghettis avec une cuillère et celle qui ne sait pas se servir de baguettes pour manger des sushis. N’ayez pas peur d’utiliser vos mains pour tremper des onigiri, maki ou temaki dans la sauce soja, sucrée ou salée selon les préférences. La sauce soja est un incontournable quand il s’agit de savourer des sushis. Cependant, certaines pratiques de cette sauce sont à connaître. Le riz ne se trempe pas dans la sauce soja ! La sauce sert seulement à aromatiser le sushi. Pour manger ses sushis comme au Japon, il suffit de tremper la partie avec le poisson cru dans la sauce soja pour conserver toutes les saveurs du sushi. La sauce soja sucrée est normalement réservée au riz même si certains aiment mélanger la sauces sucrée à la sauce salée. Un sushi ne se sépare jamais. Le mélange poisson-riz est conçu pour apporter un équilibre dans les saveurs et se mange en une seule bouchée !

Les accompagnements : wasabi et gingembre

Le wasabi et le gingembre sont les accompagnements typique de la cuisine japonaise mais facultatifs pour les moins adeptes. Le gingembre est chargé de rafraîchir le palais avec un morceau de sushi, surtout lorsqu’il s’agit de deux ou plusieurs poissons. Les japonais considèrent que manger séparément du wasabi est une mauvaise manière, voici une bonne raison de ne pas la reproduire lors d’un voyage au Japon ! Quant au wasabi, il se mange directement sur le poisson ou mélangé dans la sauce soja même s’il perd son arôme en l’espace de quelques minutes…

La soupe miso

La nourriture japonaise ne compte pas uniquement les plats à base de poisson. La soupe miso servie sous forme de bouillon à base d’algues, de champignons et de tofu compte parmi les plats à commander. Elle se consomme de préférence en fin de repas pour bien digérer. Elle se boit directement même si certains d’entre nous la boivent avec une cuillère. Au Japon, après avoir fini le bouillon, le tofu, les algues et les champignons sont mangés à l’aide de baguettes.

Les faux mythes

En fait, les légumes ont toujours été une composante importante des sushis et, en effet, de nombreuses variétés sont complètement végétariennes. Comment ne pas parler du kappa maki (les fameux rouleaux de concombre) ou du nigiri à base d’asperges, d’avocat et de pousses. Une dernière précision : si de la mayonnaise apparaît dans les sushis, vous êtes autorisé à vous lever sans payer la facture. L’étiquette japonaise ne le dit pas, le bon sens le fait. Les meilleurs sushis ne sont pas toujours les plus frais, si l’on en croit les grands spécialistes de sushis. Par exemple, le sushi au thon – est l’un des sushis pouvant se conserver pendant 3 à 4 jours, et 2 semaines s’il sont conservés dans certains sushi-ya (magasins de sushis).

Organiser des événements professionnels axés sur la gastronomie
Les hôtels et restaurants populaires à Tolède ?